Aperçu des projets

Renforcement de la sécurité humaine et de la résilience communautaire au Sahel

Mieux gérer les zones frontalières au niveau national et régional

(Crédit photo : Paul Kabre – AFD)

Baptisé « Renforcement de la sécurité humaine et de la résilience communautaire au Sahel », le projet se décline sur plusieurs volets pour atteindre ses objectifs. Chaque pays de la région est concerné, et verra la présence de ses services publics renforcée dans les zones frontalières et transfrontalières au Sahel et dans le Bassin du lac Tchad.

Au-delà de ce renforcement, il s’agit d’aider chaque pays à mettre en œuvre une stratégie nationale de gestion des frontières et des communautés frontalières. Des appuis sont prévus pour soutenir les efforts nationaux d’opérationnalisation des stratégies nationales de gestion des frontières. Le projet fournira également une expertise aux institutions régionales en vue de développer des approches régionales et concertées sur la gestion intégrée des frontières.

Renforcer l’accès aux services essentiels dans les zones frontalières

Le point d’entrée du projet est de promouvoir la sécurité humaine et la résilience des communautés comme moyen de prévention et de gestion durable des conflits et des tensions entre et au sein des communautés. A terme, cette approche entend renforcer la cohésion, la cohabitation et la paix sociale au niveau communautaire.

Au Burkina Faso : renforcement des capacités de production des femmes de Yibi et Boura qui cultivent et vendent du moringa dans la municipalité d’Arbollé. Des appuis ont été apportés pour la construction d’infrastructures communautaires (points d’eau, magasin de stockage d’aliments pour les associations de femmes. Un appui a été apporté pour le renforcement des capacités institutionnelle de l’Observatoire National des Faits Religieux (ONAFAR). Cet appui inclut l’élaboration du plan de travail annuel 2018-2019 de l’ONAFAR ainsi que l’équipement de ses locaux en matériels bureautiques, la création d’un site-web : www.onafar.org & www.onafar.bf).

En Mauritanie : « Les institutions démocratiques sont renforcées en vue du plein exercice de leurs fonctions et de la promotion de la participation et du contrôle des citoyens ». Des Comité Régionaux de Gestion Intégrée des Frontières ont été mis en place et leurs capacités renforcées. Les agences de sécurité frontalières ont été équipées en matériels roulants. Un appui a été apporté à la mise en place de la Commission Nationale de gestion des frontières et des Comité de Gestion des Frontières par le Décret No. 0590/MIDEC du 10 Juillet 2018 du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation.

Au Niger : Les Services Publics de l’Eau ont organisé un atelier de formation sur l’éducation financière pour les membres des associations d’usagers de l’eau, les femmes productrices, les comités de gestion des plateformes multifonctionnelles et la mini Adduction d’Eau Potable.

Sur requête du secrétariat Permanent du G5 Sahel, un appui a été apporté au niveau régional à la préparation de la Conférence de Coordination des bailleurs du PIP/G5Sahel, tenue le 6 Décembre 2018, à Nouakchott.

Une conférence régionale a été organisée sur l’impunité, l’accès à la justice et les droits de l’homme en Afrique de l’Ouest et au Sahel », le 10 Décembre 2018 à Niamey au Niger, en collaboration avec le G5 Sahel, la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations Unies.

Un appui a été apporté à l’organisation de la 7ème Session de la Plateforme Ministérielle de Coordination des Stratégies Sahel (PMC/Sahel), à N’Djamena au Tchad, le 3 Mai 2018. En marge un appui institutionnel (matériel bureautique et informatiques) a été apporté au Secrétariat Technique de la PMC/Sahel.

 

UNDP

 

Burkina FasoMaliMauritanieNigerTchad

Secteurs d'intervention

Gouvernance
Gouvernance

Mis en oeuvre par

Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Calendrier

2017-2019

Montant

3 M€

Une sélection d'autres projets