Actualités et Presse

L’approche territoriale intégrée au centre de réunions de haut niveau au Tchad

De gauche à Droite: Bertrand Cochery, ambassadeur de la France au Tchad, Issa Doubragne, Ministre l’Économie et de la Planification du Développement du Tchad, Christophe Bigot, Envoyé Spécial de la France pour le Sahel.

Christophe Bigot, Envoyé spécial de la France pour le Sahel et Secrétaire général de la Coalition pour le Sahel, a assisté à N’Djaména le vendredi 13 mars 2020, à la réunion du comité de suivi du sommet de Pau du 13 janvier 2020. En marge de ce comité, il a rencontré les membres de l’Alliance Sahel au Tchad le 12 mars 2020. Il a rappelé les objectifs inhérents à l’Alliance Sahel et a échangé autour des projets soutenus par les bailleurs et des difficultés rencontrées pour leurs mises en œuvre. L’ambassadeur envoyé spécial pour la Sahel a souligné l’importance des actions de terrain car, pour lui, « c’est là que le développement se gagnera »

Dans le cadre du suivi du sommet de Pau et des conclusions de la première Assemblée générale de l’Alliance Sahel tenue à Nouakchott le 25 février 2020, les partenaires mobilisés en faveur du Sahel ont adopté le principe d’une approche territoriale pour coordonner, mettre en cohérence et concentrer les efforts dans des zones prioritaires. La finalité de l’approche territoriale intégrée est d’articuler une réponse coordonnée des acteurs et cohérente avec la réalité du terrain, les besoins des populations et les stratégies nationales, afin de créer les conditions d’une sortie de crise durable au Sahel. Cette approche s’appuie sur la situation sécuritaire et la gradation de la violence. Plus on s’éloigne de l’épicentre de la crise, plus la sécurité s’améliore et plus les acteurs de développement peuvent viser des actions plus structurelles.
La réponse de cette approche doit être adaptée à la situation du terrain tout en donnant un sens au nexus sécurité développement. Les activités doivent impliquer les institutions étatiques, les ONGs internationales et locales, la société civile et le secteur privé.

Plus d’informations sur la Coalition pour le Sahel