Actualités et Presse

Femmes en action pour améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Niger

Au Niger, les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition, particulièrement la malnutrition infantile, figurent parmi les plus élevés au monde, avec des conséquences particulièrement graves pour les femmes et les enfants. Les vulnérabilités de la population nigérienne sont aggravées par divers facteurs contextuels, tels que les effets du changement climatique, la crise sociopolitique dans la zone sahélienne et la crise économique exacerbée par la pandémie de Covid-19.

Financé par la coopération italienne, le projet « Femmes en action » vise deux principaux objectifs :

  • Soutenir la résilience des populations vulnérables dans la région de Tillabéry en réduisant leur vulnérabilité aux chocs environnementaux et à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.
  • Promouvoir une stratégie à plusieurs niveaux pour améliorer les conditions de vie des habitants de Tillabéry et Say, en particulier les femmes et les enfants de moins de cinq ans, en améliorant l’accès aux services de prévention de la malnutrition et à une alimentation saine, locale et nutritive.

Les activités menées concernent deux domaines d’intervention : agriculture et sécurité alimentaire, et santé.

Les activités ont été menées à deux niveaux principaux :

  • Distribution de produits alimentaires et de matériel d’autoproduction pour soutenir immédiatement 400 femmes en situation de vulnérabilité et veiller à ce qu’elles puissent subvenir aux besoins de leur famille grâce à une production saine et nutritive. Des activités de formation et de sensibilisation ont été menées, portant sur l’éducation nutritionnelle, la nutrition des enfants pendant la grossesse et l’allaitement, ainsi que sur les méthodes d’identification de la malnutrition infantile.
  • Élaboration de lignes directrices pour assainir les marchés de Say et Tillabéry, en suivant l’exemple vertueux de Niamey dans le cadre du Pacte de Milan pour une politique alimentaire urbaine. 200 femmes vendeuses de produits alimentaires et 16 groupes de femmes productrices et transformatrices de produits agroalimentaires ont reçu les compétences techniques et les moyens nécessaires pour valoriser les produits agroalimentaires locaux et améliorer l’hygiène alimentaire sur les marchés locaux, conformément aux politiques de protection sociale des municipalités de Say et Tillabéry.

Dans le domaine de la santé, des actions ciblées sur la lutte contre la malnutrition ont été menées. Les compétences du personnel dédié à la malnutrition infantile ont été renforcées et 5 centres de santé ont été équipés. Ainsi, 71 agents de santé ont été formés pour assurer les services de prévention et de prise en charge de la malnutrition pour les femmes en âge de procréer et les enfants à Say et Tillabéry.

  • 400 femmes vulnérables et leurs familles (environ 1200 personnes) ont reçu des kits alimentaires et du matériel d’autoproduction, et ont été impliquées dans des programmes d’éducation nutritionnelle, la prévention et l’identification des situations de malnutrition.
  • 11 fonctionnaires des communes de Say, Tillabéry et Niamey, ont participé aux ateliers de politique alimentaire.
  • 403 femmes productrices et transformatrices, organisées en 16 coopératives sociales, ont reçu du matériel et des formations pour améliorer la production, la transformation et l’hygiène alimentaire.
  • 300 femmes vendeuses des marchés locaux de Say et Tillabéry formées et équipées pour assurer la salubrité de leurs produits.
  • 20 délégués de marché et représentants de quartier ont été formés à la sécurité alimentaire et à l’hygiène sur les marchés.
  • Plus de 10.000 habitants de Say et plus de 20.000 habitants de Tillabéry ont bénéficié des activités liées à la salubrité des marchés et des discussions sur l’amélioration des politiques alimentaires urbaines.
  • 71 membres du personnel de 5 centres de santé ont été formés à l’accompagnement nutritionnel des femmes enceintes et des jeunes enfants.
  • 525 mères et leurs enfants ont reçu des kits d’hygiène et de santé, après des situations de malnutrition modérée et sévère ;
  • Plus de 4.000 mères ont été impliquées dans des activités d’éducation nutritionnelle, des journées portes ouvertes et des sensibilisations aux bonnes pratiques en matière de nutrition infantile.
  • Plus de 183.000 habitants des départements de Say et Tillabéry ont été touchés par une campagne de sensibilisation aux bonnes pratiques de nutrition infantile, ce qui représente selon les estimations 30 % de la population totale.

Les bénéficiaires indirects sont estimés à plus de 600.000 personnes des départements de Tillabéry et Say.


Aller plus loin

Partager :