Actualités et Presse

Renforcer l’accès à l’alimentation en eau potable et à l’assainissement en Mauritanie

Les caractéristiques géographiques et climatiques de la Mauritanie font de l’accessibilité à l’eau un défi historique majeur, et permanent. De plus, les effets du changement climatique ont déjà commencé à se faire sentir sur le territoire mauritanien. Les hausses de température, les sécheresses ainsi que l’augmentation de fortes pluies accentuent la tendance continuelle à la dégradation des écosystèmes agricoles, forestiers et pastoraux. Dans ce contexte, un accès permanent à l’eau potable est plus important que jamais.

Dans le cadre du projet Projet d’accès à l’alimentation en eau potable et à l’assainissement dans les 2 Hodhs (G5-2H), des travaux de réhabilitation d’urgence de systèmes d’accès à l’eau potable sont en cours depuis juin 2020. Ces travaux ont lieu dans 14 localités des régions du Hodh El Chargui et du Hodh El Gharbi en Mauritanie. D’ici septembre 2020, plus de 10 000 personnes bénéficieront d’un accès sécurisé à l’eau potable grâce à la rénovation des conduites, des systèmes de pompage et la construction de châteaux d’eau. Cette intervention rapide s’inscrit dans les engagements de la France en réponse au Programme de Développement d’Urgence (PDU) du G5 Sahel à travers un financement de 12 000 000 € de l’Agence Française de Développement (AFD).

Les wilayas du Hodh El Chargui et du Hodh El Gharbi se trouvent parmi les zones les plus rurales et pauvres de la Mauritanie. Etant situé dans une zone enclavée et difficile d’accès, elles sont des régions particulièrement vulnérables. Elles souffrent de la faiblesse des services de base qui suffisent à peine à couvrir les besoins de ses populations d’environ 800 000 personnes et d’un faible niveau de développement. Partageant une frontière avec le Mali, l’effet d’entraînement du conflit de 2012 s’est fait sentir dans ces wilayas : la présence de réfugiés maliens, particulièrement au Hodh el Chargui dans laquelle se trouve le camp de M’bera qui accueille plus de 60 000 réfugiés, exerce une pression supplémentaire sur le secteur de l’eau et de l’assainissement. De plus, l’insécurité résultant du conflit perturbe l’économie locale qui dépend fortement de la transhumance, qui joue au Sahel un rôle essentiel dans l’adaptation des troupeaux aux variations climatiques.

A travers un accès renforcé à l’alimentation en eau potable et à l’assainissement, le projet de l’AFD contribue directement à la lutte contre la pauvreté et à réduire les inégalités en matière d’accès des populations aux services de base dans la région des deux Hodhs. Il réduira la vulnérabilité aux crises des régions frontalières avec le Mali, en agissant sur la situation chronique de stress alimentaire à laquelle est confrontée leur population.

 

Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici.

 

Photos crédit: AFD