Actualités et Presse

Un programme d’urgence pour les zones fragiles au Burkina Faso

Construction de centres de santé

Les pays de la bande Sahélo-saharienne font face depuis plusieurs années à une crise sécuritaire reposant sur des causes profondes aux multiples facettes, avec des conséquences dramatiques pour les populations. Depuis janvier 2016, le Burkina Faso est confronté aux attaques des Groupes Armées terroristes (GAT) initialement dans le nord du pays, dans les régions frontalières avec le Mali et le Niger. Mais, cette crise sécuritaire s’est étendue progressivement à d’autres communes des régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-Nord, du Centre-Est et de l’Est. Pour répondre à ces défis, le gouvernement du Burkina Faso a adopté en juillet 2017, le Programme d’Urgence pour le Sahel au Burkina Faso (PUS-BF). Ce programme vise à contribuer à l’amélioration de la sécurisation des personnes et des biens au Burkina Faso. Outre le secteur de la sécurité et de la défense, il vise à consolider la résilience des populations. Ce programme est une déclinaison géographique du Plan national de développement économique et social (PNDES). Il s’articule avec la loi relative à la sécurité intérieure et sa stratégie nationale de la sécurité intérieure (SNSI) ainsi que les politiques sectorielles des secteurs sociaux de base. Le programme couvrait initialement le Nord et le Sahel et le Gouvernement a décidé en juin 2019 de son extension à quatre autres régions (la Boucle du Mouhoun, le Centre-Nord, le Centre-Est et l’Est).

Améliorer la résilience et contribuer à la sécurisation des populations des zones fragilisées

L’Union Européenne (UE) accompagne le gouvernement burkinabé à travers un appui budgétaire, pour la mise en œuvre du Programme d’Urgence Sahel (PUS) financé à travers le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique (FFU-UE). Cet appui budgétaire qui prévoit une aide directe au budget de l’Etat, permet de contribuer à la sécurisation des populations dans les zones fragilisées et d’améliorer sa résilience à travers un meilleur accès aux services sociaux de base. Il suppose un rôle renforcé des acteurs locaux des zones concernées. D’un montant initial de 50 millions d’euro, l’Union Européenne a augmenté son appui d’un montant de 30 millions d’euro, permettant ainsi un financement total de 80 millions d’euro réparti sur trois ans (2018-2020).

Une réponse multisectorielle à la crise et des réalisations concrètes sur le terrain

L’appui budgétaire au PUS-BF accompagne les acteurs étatiques comme le Ministère de l’économie, des finances et du développement, le Ministère de l’eau et de l’Assainissement, le Ministère de la sécurité et le Ministère de la santé, mais aussi les 76 communes des zones concernées. Au-delà de ces partenaires institutionnels, l’ONG Eau Vive est un acteur clé, pour renforcer la maîtrise d’ouvrage et faciliter le développement des activités sur le terrain.  Dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, l’appui a permis la réalisation de 122 forages équipés de pompes à motricité humaine et de 8 systèmes d’adduction en eau potable simplifiés. L’appui au secteur de la sécurité a visé au recrutement et à la formation de Forces de défense et de sécurité (FDS), à la construction et la réhabilitation de commissariats de police et de postes de gendarmerie, et à la constitution de brigades mobiles totalement équipées. Enfin, les transferts financiers aux 76 communes de la zone concernée ont été augmentés, permettant aux acteurs locaux d’agir au plus proche des populations.