Alliance Sahel

Rapport de résultats
3 ans de l'Alliance Sahel

Alliance Sahel

Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves Le Drian
Ministre français des Affaires Etrangères

L’Alliance Sahel est née, en 2017, pour apporter des réponses concrètes et collectives aux défis auxquels sont confrontées les populations du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. Défis de plus en plus nombreux – des vulnérabilités sociales aux effets du changement climatique. Défis de plus en plus imbriqués, l’instabilité faisant le lit des désordres sécuritaires qui, en retour, viennent la renforcer. Défis accentués, bien sûr, par la crise sanitaire du Coronavirus et ses conséquences dans tous les domaines...

Lire la suite
Christoph Rauh

Christoph Rauh
Directeur Afrique au Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Économique et du Développement
Président du comité de pilotage de l’Alliance Sahel

Au cours de ses trois années d'existence, l’Alliance Sahel s'est considérablement développée, devenant une plate-forme de coordination opérationnelle et unique. Lancée par trois membres fondateurs que sont l'Union Européenne, la France et l'Allemagne, elle n'a cessé de se développer, rassemblant aujourd'hui treize partenaires au développement, représentant un portefeuille de 17,1 milliards d'euros (31/12/2018)...

Lire la suite

La région du G5 Sahel, entre potentiels et défis

La région du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) est porteuse d’un fort potentiel, dotée de ressources humaines, culturelles et naturelles abondantes, offrant des opportunités de croissance rapide.

La région est par ailleurs dotée d’un patrimoine culturel et physique remarquable, comprenant notamment le parc national du banc d’Arguin, le massif de l’Ennedi, la bibliothèque historique de Tombouctou…

Sur le plan des ressources naturelles, le Sahel abrite certains des plus grands aquifères du continent, ainsi que des eaux de surface importantes comme le lac Tchad et le fleuve Niger. La région est dotée de pétrole, gaz naturel, or, fer … Ces ressources constituent une opportunité importante pour la diversification économique, le développement des chaînes de valeur et des moyens de subsistance des habitants.

La région jouit également d’un grand potentiel d’énergie renouvelable, notamment solaire et éolienne, encore largement sous-exploité.

Malgré ces atouts, le Sahel reste l’une des régions les plus pauvres, confrontée à la fois à des enjeux sécuritaires et à de fortes vulnérabilités économiques, sociales et environnementales. Près de la moitié de la population sahélienne vit avec moins de 1,25 dollars par jour et les pays de la région sont classés parmi ceux ayant l’indice de développement le plus bas.

Depuis plusieurs années, les cinq pays sont confrontés en divers endroits de leurs territoires à des crises multiformes et des menaces sécuritaires qui entravent la paix et le développement durable de la région. Pour coordonner leurs actions et proposer une réponse régionale aux différents défis, les chefs d’État de la région ont créé en 2014 le G5 Sahel, un cadre intergouvernemental de coopération.

Comprendre l'Alliance Sahel en 3 minutes

Conscients que les crises trouvent pour une grande part leurs racines dans la pauvreté, les injustices et le manque de services essentiels, plusieurs bailleurs de fonds ont décidé de fédérer leurs actions, avec la volonté d’accompagner les efforts de stabilisation et de développement à long terme des pays du G5 Sahel, et d’atteindre tout particulièrement les zones périphériques et délaissées.

L’Alliance Sahel a été lancée en 2017 par la France, l’Allemagne et l’Union Européenne. L’initiative associe à présent 13 partenaires au développement multilatéraux et bilatéraux. Son objectif premier est d’appuyer les pays du G5 Sahel pour apporter une réponse coordonnée, conjointe, adaptée, et efficace aux défis auxquels ils doivent faire face. L’Alliance Sahel n’est pas une nouvelle organisation ni une enceinte de plaidoyer financier, mais un mécanisme de renforcement de la coordination des partenaires pour une aide plus rapide, plus efficace et ayant davantage d’impacts.

Des relations et un dialogue renforcés avec le G5 Sahel

Consultés régulièrement tout au long de la construction du cadre conceptuel de l’Alliance Sahel dès 2017, les cinq pays et le Secrétariat Permanent du G5 Sahel ont partagé de façon continue leurs priorités et préoccupations communes. Si le G5 Sahel et l’Alliance Sahel partagent des objectifs de développement, leur fonctionnement et leurs prérogatives se complètent plus qu’ils ne se juxtaposent.

Dès 2018 l’Alliance Sahel a encouragé un dialogue spécifique par pays du G5 dans le domaine du développement. Ce cadre de dialogue renforcé AS – G5 soutient en premier lieu un effort accru de coordination opérationnelle, l’identification de localités et zones d’intervention prioritaires, la recherche de cofinancements, de délégations de fonds, la mise en place de nouveaux instruments de financement, l’accompagnement de réformes de politiques publiques…

Au cœur de l’action: les zones d’interventions prioritaires

Identifier des zones prioritaires d’intervention en concertation avec les pays du G5 est actuellement un axe de travail majeur de l’Alliance.

Le Cadre d’actions prioritaires intégré (CAPI), adopté lors du Sommet du G5 Sahel de février 2020, constitue un document de référence pour la programmation des bailleurs dans les zones transfrontalières fragiles.

En cohérence avec les principes d’actions prescrits par le CAPI, les membres de l’Alliance Sahel œuvrent également à la mise en place effective de l’Approche territoriale intégrée (ATI). Celle-ci vise à assurer une coordination efficace des actions sécuritaires, humanitaires et de développement pour répondre aux causes profondes de la crise à l’échelle des territoires.

Identifier des actions réalistes, flexibles et mesurables dans les zones fragiles

Angel Losada

Angel Losada
Représentant spécial de l'UE pour le Sahel

Apporter un changement réel au Sahel nécessite un engagement ciblé à long terme, capable de répondre simultanément aux besoins les plus urgents de la population. La tâche est considérable. Les différentes crises qui sapent les progrès dans cette vaste région sont profondément enracinées et imbriquées, ce qui nécessite une réponse cohérente, efficace et coordonnée, axée sur les zones fragiles et prioritaires. ...

Lire la suite

Agir sur les causes profondes de la vulnérabilité

Maman Sidikou

Maman Sidikou
Secrétaire exécutif du G5 Sahel

L’Alliance Sahel et le G5 Sahel ont initié une collaboration constructive en vue d’atteindre leurs objectifs communs de développement. Afin de formaliser et de circonscrire le cadre de leur collaboration, d’en accroître l’impact et d’accélérer la mise en œuvre des projets communs, un Protocole d’accord de partenariat a été signé entre le Secrétariat exécutif du G5 Sahel et l’Unité de coordination de l’Alliance (UCA) le 30 octobre 2018...

Lire la suite

Des projets de développement répondant aux priorités du G5 Sahel

Les projets soutenus par les membres de l’Alliance Sahel s’alignent à la fois sur les plans de développement nationaux des 5 pays, mais également sur les cadres établis par le G5 Sahel. Deux initiatives majeures impulsent et rassemblent un large nombre de projets de développement:

  • Le programme d’Interventions Prioritaires (PIP)

Dans le cadre de sa mission de développement et pour rendre durables les actions de sécurité dans la région, le G5 Sahel a élaboré en 2014 un Programme d’investissements prioritaires (PIP) composé de 40 projets régionaux, pour un coût de 2,4 milliards d’euros.
Les projets du PIP concernent principalement les zones frontalières du Sahel et illustrent la solidarité et la coopération entre ces pays qui ont choisi apporter une réponse régionale aux crises. Le PIP concerne principalement des initiatives d’infrastructures de désenclavement (routes, ponts, liaisons aériennes, extension de la couverture téléphonique), d’accès aux ressources (projets agro-hydrauliques, électrification) et de gouvernance (inclusion des femmes, appui à la justice). Il comprend également un programme de stabilisation d’urgence à déployer dans les régions les plus vulnérables. La contribution des membres de l’Alliance Sahel est de 1,8 milliard d’euros.

  • Le Programme de développement d’urgence (PDU)

En 2018, les chefs d’État du G5 Sahel ont sollicité le Secrétariat permanent du G5 Sahel (SPG5 Sahel) pour lancer, en urgence, des projets à impact rapide: le Programme de Développement d’Urgence (PDU).
En savoir plus sur le Programme de Développement d’Urgence

Soutenir et encourager le secteur privé au Sahel

Sandra Kramer

Sandra Kramer
Directrice des relations UE-UA, Afrique Occidentale et Orientale, Union Européenne

Maria Shaw-Barragan

Maria Shaw-Barragan
Directrice département pays partenaires tiers -Opérations Afrique, Caraïbes, Pacifique, Asie et Amérique latine

La prospérité et la croissance inclusive sont des facteurs déterminants pour assurer le développement durable, la paix et la stabilité. L’amélioration des conditions de vie et des aspirations des jeunes de la région du Sahel sont dès lors essentielles...

Lire la suite

L'Alliance Sahel en bref

6 secteurs prioritaires

Énergie et climat

Énergie

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Décentralisation et services de base

Décentralisation et services de base

Emploi des jeunes et éducation

Éducation et emploi des jeunes

Gouvernance

Gouvernance

Sécurité intérieure

Sécurité intérieure

4 thématiques transversales

Genre

Jeunesse

Climat

Secteur privé

5 pays

Burkina Faso

Burkina Faso

Mali

Mali

Mauritania

Mauritanie

Niger

Niger

Chad

Tchad

14 membres

Allemagne

France

European Union

Union européenne

Banque mondiale

Banque Africaine de Développement

Italie

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Espagne

Danemark

Pays-Bas

Luxembourg

Royaume-Uni

Banque Européenne d’Investissements

Norvège

11 observateurs

Les membres observateurs participent aux réunions décisionnelles de l’Alliance Sahel ainsi que dans les travaux et activités des groupes sectoriels et thématiques, y compris sur le terrain dans les pays du G5. Cependant, ils n’intègrent pas leurs projets de développement au portefeuille labellisé et suivi par l’Alliance.

États-Unis

Canada

Japon

Belgique

Suisse

Finlande

Société financière internationale

Bill & Melinda Gates Fundation

Tony Blair Institute for Global Change

Irlande

Organisation internationale de la Francophonie

Organisation internationale de la Francophonie

Pour une approche multisectorielle

Soukeyna Kane
Directrice des opérations de la Banque Mondiale pour le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad

L’engagement du Groupe de la Banque mondiale au Sahel atteindra US$8,5 milliards grâce aux ressources mobilisées au travers de l’Association Internationale de Développement pour la période 2020-2023. En augmentation de plus de 2 milliards par rapport au précédent cycle Association internationale de développement (IDA), elle s’inscrira dans le cadre de la stratégie Fragilité, Conflits, Violence récemment adoptée...

Lire la suite

La nécessité de partenariats renforcés et innovants

Marie-Laure Akin-Olugbade

Marie-Laure Akin-Olugbade
Directrice générale de la région Afrique de l’ouest, Banque africaine de développement (BAD)

Au nom du Président du groupe de la Banque africaine de développement, Dr. Akinwumi A. Adesina, nous nous félicitons de ce rapport triennal de l’Alliance Sahel. En tant que membre fondateur, la Banque africaine de développement (BAD) a été activement impliquée dans l’Alliance Sahel depuis sa création en 2017 pour faire face ensemble aux crises multidimensionnelles et aux défis de développement auxquels est confrontée la région du Sahel...

Lire la suite

Le portefeuille projets de l’Alliance Sahel

800 Projets

labellisés Alliance Sahel financés par les membres dans la région

11.6 milliards d'€

restant à verser

1.9 milliards d'€

investis en 2018 par les membres de l'Alliance Sahel dans les pays du G5 Sahel

Mise en oeuvre des projets : état des lieux*

Nombre de projets par secteur prioritaire

Éducation et emploi des jeunes

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Accès à l’énergie

Gouvernance

Décentralisation et services de base

Sécurité intérieure

Transectoriel

TOTAL

Projets en instruction*

22

31

30

23

42

6

0

154

Projets en cours

75

186

48

113

194

38

8

662

Projets clôturés

5

14

3

19

16

7

0

64

TOTAL

102

231

81

155

252

51

8

880

Engagement financiers (en millions €)

Éducation et emploi des jeunes

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Accès à l’énergie

Gouvernance

Décentralisation et services de base

Sécurité intérieure

Transectoriel

TOTAL

Projets en instruction

608

879

884

956

690

142

0

4159

Projets en cours

979

3246

1726

1507

4812

268

30

12568

Projets clôturés

10

59

43

171

112

5

0

400

TOTAL

1597

4184

2654

2634

5614

415

30

17 126

Reste à verser (en millions €)

Éducation et emploi des jeunes

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Accès à l’énergie

Gouvernance

Décentralisation et services de base

Sécurité intérieure

Transectoriel

TOTAL

Projets en instruction

608

879

884

956

690

142

0

4159

Projets en cours

531

2014

1265

657

2836

155

7

7465

Projets clôturés

0

0

0

0

0

0

0

0

TOTAL

1139

2893

2149

1613

3525

297

7

11 623

* au 31/12/2018 (chiffres en cours d’actualisation)

Analyse de la mise en oeuvre des projets

Chaque organisation membre a la possibilité d’inclure dans le portefeuille de projets de l’Alliance Sahel, les projets de développement répondant aux critères suivants :

  • Mis en œuvre dans les pays du G5 Sahel;
  • Relatif à un des six secteurs clés de l’Alliance Sahel;
  • Dont la mise en œuvre n’était pas achevée au 1er janvier 2017.

Les projets qui rentrent dans le portefeuille sont alors labellisés « Alliance Sahel ».

Portefeuille global AS
880 projets
Engagement : 17,1 Md €
Reste à verser : 11,6 Md €
Echantillon de projets inclus dans l’exercice de collecte et d’agrégation des résultats
507 projets
Engagement : 9,8 Md €
Reste à verser : 5 Md €

Comment a été développée la méthode de suivi des projets ?

Suivi des projets

 

Le cadre de résultats validé contient:

  • 25 indicateurs d’impacts nationaux
  • 15 indicateurs dits « projets », correspondant à des indicateurs de résultats / produits/ extrants

 

Au terme de l’exercice d’agrégation des résultats, pour le présent rapport, un échantillon de 507 projets à inclure dans l’exercice a pu être défini.

L’impératif de redevabilité

Tertius Zongo

SEM Tertius Zongo
Directeur de la chaire Sahel de la Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International (FERDI)

La nécessité que les acteurs pour le développement du Sahel recherchent la plus grande efficacité possible de leurs actions est d’autant plus grande en ces temps troublés par les défis multiformes. Cet impératif nécessite que celles-ci soient coordonnées mais aussi qu’il soit possible de les suivre afin de les analyser, d’en rendre compte aux principaux intéressés, et ainsi d’en optimiser l’impact...

Lire la suite

Quels changements dans la vie des populations ?

Pour l’ensemble des 507 projets retenus dans l’exercice de suivi-évaluation, l’ensemble des réalisations concrètes des projets ont été collectées. L’exercice a ainsi permis de mettre en avant 648 réalisations concrètes et tangibles au vue des objectifs de l’Alliance Sahel sur le terrain et ce dans les 3 premières années de l’Alliance Sahel.

Emploi des jeunes et éducation

Éducation et emploi des jeunes

Le Sahel est l’une des régions les plus jeunes au monde

La natalité reste forte dans les pays du G5 Sahel alors que l’espérance de vie augmente. Les quelques 50 millions de jeunes de moins de 30 ans représentent aujourd’hui presque 65% de la population totale de ces pays. Créer des opportunités économiques pour les populations et avant tout pour les plus jeunes est une priorité de l’Alliance Sahel. Cela passe par un accès à l’enseignement et aux opportunités d’emplois d’ici 2022.

Indicateur

Nombre de personnes ayant bénéficié de formations professionnelles et/ou d’initiatives de développement des compétences grâce au soutien des membres de l’AS

Résultat

419 045

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Agriculture, développement rural et sécurité alimentaire

Au Sahel, deux habitants sur trois vivent de l’agriculture et de l’élevage.

Avec de faibles rendements et la perte chaque année de plus du tiers des récoltes, la production agricole dans les pays du G5 reste fragile. Une situation aggravée par le changement climatique. La région doit donc impérativement développer une agriculture durable, résistante au changement climatique et susceptible d’attirer les demandeurs d’emploi pour réduire la pauvreté. Elle doit également réussir à gérer les conflits entre agriculteurs et éleveurs, facteur important de crise.

Indicateur

Hectares de terres bénéficiant de techniques de gestion durable grâce au soutien des membres de l’AS

Nombre de producteurs ou éleveurs ayant accès à des services de conseil pour la durabilité et la résilience de leurs activités

Nombre de Km de couloirs de transhumance ou de pistes à bétail aménagés

Nombre de personnes ayant reçu une assistance alimentaire

Résultat

1 479 565

514 617

1 134

2 910 286

Énergie et climat

Accès à l’Énergie

Le Sahel jouit d’un énorme potentiel en énergies renouvelables.

Le taux d’électrification dans l’ensemble des pays du G5 Sahel est d’environ 20%. Un taux deux fois inférieur à la moyenne de l’Afrique subsaharienne et quatre fois inférieur à la moyenne mondiale.

Le secteur reste largement caractérisé par l’absence de concurrence et une production trop limitée pour faire face à la demande. L’amélioration des services publics d’électricité passe donc par une gestion plus efficace du secteur, afin de réduire les pertes, améliorer la santé financière des opérateurs, encourager les investissements du secteur privé et de faire en sorte que les populations aient accès à une électricité fiable, propre et à un coût abordable.

L’innovation est l’autre facteur clé de développement du secteur électrique. Il faut trouver des solutions innovantes pour réduire le coût des énergies nouvelles, améliorer l’efficacité des réseaux, accroître la compétitivité des opérateurs, appareils, numériser les infrastructures et les services décentralisés.

Indicateur

Nombre de personnes ayant bénéficié d’un accès électrique ou d’un accès électrique amélioré grâce au soutien des membres de l’AS

Nombre de foyers bénéficiant d’un accès aux services électriques hors réseau

Capacité renouvelable installée (MW)

Capacité de transfert additionnelle entre les pays de l’Alliance (MW)

Résultat

554 233

146 302

54

Non renseignés

Décentralisation et services de base

Décentralisation et services de base

Soutenir l’amélioration des conditions de vie dans les régions les plus isolées

La disponibilité et la qualité des services publics de base sont globalement faibles dans les pays du G5 Sahel. La région affiche un taux élevé de mortalité infantile, l’accès à l’eau potable, aux soins de santé primaire ou à la protection sociale reste très limité.

La fourniture de ces services permettrait d’accélérer le développement de la région, mais également de restaurer ou d’accroître la confiance des citoyens dans les institutions publiques et dans leur légitimité. La décentralisation et déconcentration des services publics permettraient de mieux assurer la fourniture de ces services et de rapprocher les élus et les administrations de leurs citoyens, grâce au transfert des compétences et des moyens afférents au niveau des collectivités locales et des territoires.

Indicateur

Nombre de personnes ayant bénéficié d’un accès amélioré à des services d’approvision-nement en eau potable grâce au soutien des membres de l’AS

Nombre de personnes ayant bénéficié d’un accès amélioré à des services d’assaini-ssement

Nombre d’enfants vaccinés

Nombre de femmes en âge de procréer utilisant une méthode de planification familiale

Nombre d’infra-structures médicales (hôpitaux, maisons de soins, centres médicaux etc.) ayant bénéficié du soutien des membres de l’AS

Résultat

5 363 385

1 595 320

3 397 996

661 211

520

Gouvernance

Gouvernance

Les pays du G5 Sahel sont confrontés à un déficit de gouvernance institutionnelle, territoriale et financière. Les citoyens réclament plus de justice et des institutions publiques redevables et en phase avec leurs besoins. Ils souhaitent aussi participer davantage à la vie démocratique de leur pays. Du fait des lenteurs administratives, de la corruption et de la faible redistribution des ressources, les citoyens ont peu confiance dans leurs institutions et leurs gouvernements. L’Alliance Sahel peut contribuer, avec l’aide des États et l’appui de la société civile, à renforcer le contrat social à chaque échelon territorial.

Indicateur

Nombre de magistrat.e.s, juges, avocat·e·s et greffier·e·s ayant reçu une formation

Nombre d’organisations de la société civile (y compris OSC, médias, leaders d’opinion) ayant reçu un appui des partenaires de l’AS

Résultat

2 374

1 264

Sécurité intérieure

Sécurité intérieure

La multiplication des menaces transfrontalières dans l’espace sahélien (terrorisme, trafics, crime organisé) pèse sur les forces de sécurité intérieure qui manquent de moyens humains, financiers et matériels, et ont du mal à définir des priorités communes claires. L’Alliance Sahel intervient notamment sur le volet de justice et État de droit qui est au cœur du nexus développement-sécurité, afin d’établir une relation de confiance entre les FSI et les citoyens, tout en renforçant leurs capacités.

Indicateur

Nombre de membres des forces de sécurité intérieure (police, gendarmerie et garde nomade lorsqu’il y en a une) ayant bénéficié de formations visant à renforcer les capacités opérationnelles, judiciaires et administratives.

Résultat

677

Conclusion

Conclusion et perspectives futures

Adrien Haye

Adrien Haye
Chef de l’Unité de Coordination de l’Alliance Sahel

L’Alliance Sahel fête ses 3 ans. Bien qu’encore jeune, l’initiative lancée par l’Allemagne, la France et l’Union européenne a connu un succès indéniable, regroupant en trois ans une grande part des acteurs de l’aide au Sahel. Des organes de gouvernance solides ont été mis en place, sans altérer l’agilité et la flexibilité des origines. Des partenariats ont été noués avec le G5 Sahel, qui est associé pleinement à nos décisions et dont les préoccupations doivent demeurer le fondement et le cadre de nos interventions...

Lire la suite

Mot final

Mme Arancha Gonzales Laya

Mme Arancha Gonzáles Laya
Ministre Espagnole des Affaires Etrangères, de l’Union Européenne et de la Coopération
Présidente de l’Assemblée Générale de l’Alliance Sahel

Trois ans après sa création, l’Alliance Sahel s’est affirmée comme la principale plateforme de coordination et de concertation de la coopération internationale au développement dans la région et comme un mécanisme privilégié de dialogue avec le G5 Sahel et ses États membres...

Lire la suite

Partager :